La belle dictature de l’UCI

Je n’ai pas pour habitude de commenter l’actualité, mais les instances internationales du cyclisme nous ont offert hier un pitoyable spectacle. Imaginez-vous un seul instant qu’une équipe de Football ayant terminé seconde de son championnat se fasse reléguer en deuxième division quelques jours avant le début de la nouvelle saison, et sans explications … ? Et bien c’est ce qu’il se passe dans le cyclisme !

La Katusha recalée du World Tour

L’UCI (Union Cycliste International) dirige d’une main de fer le cyclisme professionnel depuis de nombreuses années. Déjà complice dans la protection des contrôles positifs de notre ami Lance Amrstrong, l’UCI ne fait pas dans la dentelle en cette fin 2012.

Revenons plus précisément sur les prémisses de cette affaire. En début d’année, tout le monde se met d’accord pour que le Word Tour (première division du cyclisme pro) soit composé de 18 équipes. A la fin de la saison, les moins bien classées seront reléguées en seconde division pour permettre aux meilleures équipes de l’étage inférieur d’intégrer l’élite. Jusque là, rien d’anormal …
Mais cela commence à se gâter avec une nouvelle règle qui intervient au sujet des transferts. En effet, en recrutant un coureur ayant marqué beaucoup de points, l’équipe améliore son classement final 2012 alors que les points ont été marqués avec le maillot de l’ancienne équipe ! Vous êtes largués ? C’est normal …

A tout cela, nos gentils dirigeants du cyclisme international nous indiquent à la fin de la saison que des critères éthiques et financiers seront également pris en compte pour l’attribution des places en World Tour. Tout cela est louable, mais personne ne connaît vraiment les critères …

Le siège de l'UCI à Aigle en Suisse
Le siège de l’UCI à Aigle en Suisse

A l’issue de ce joyeux bordel, quatre équipes sont désignées dernières du classement, à savoir la Française des Jeux, AG2R La Mondiale, la Saxo-Tinkoff et Argos-Shimano. Ce classement est plutôt logique, puisque les trois premières citées sont classées en fin de tableau au niveau sportif, tandis qu’Argos-Shimano a terminé bien classé en seconde division.
L’intersaison avance, et la décision de l’UCI pour désigner les trois équipes qui seront en World Tour parmi les quatre ne tombe toujours pas. Les équipes partent en stage, ne peuvent pas lancer la fabrication de leur nouveaux maillots ne sachant pas dans quelle division elles courront, les coureurs préparent les premiers rendez-vous sans savoir s’ils y participeront, … et enfin, la décision tombe le 10 décembre, soit un peu plus d’un mois avant le début de la saison !
Stupeur sur le monde du vélo, les 4 équipes précitées sont sélectionnées pour le World Tour, tandis que la Katusha, seconde du classement final 2012 en est exclue, sans explication pour le moment.

Nul doute que cette équipe est plutôt véreuse, ayant connu de nombreux cas positifs ces dernières années. Mais malheureusement, elle n’est pas à blâmer plus que d’autres ! Le numéro un mondial se retrouve donc en seconde division, dommage pour lui ! Notons bien évidemment que la Katusha vient de saisir le Tribunal Arbitral du Sport pour contester cette décision, et maintenir haletante cette magnifique mascarade.

Ce même jour, on apprend également que la licence World Tour de l’équipe française AG2R La Mondiale est renouvelée jusqu’en 2016. Mais … n’avions-nous pas dit que les critères sportifs pouvaient reléguer une équipe en fin de saison ? Alors pourquoi accorder une licence de plusieurs années ?

Décidément, la dictature continue …

Vous aimerez également :

pub

2 thoughts on “La belle dictature de l’UCI

  1. Effectivement, perplexe c’est le mot ! Je suis encore plus surpris que nous n’ayant toujours pas de motif au bout de deux jours. Même l’équipe Katusha ne semble pas avoir eu de justification …

Laisser un commentaire