Le PowerTap, la roue de la puissance

Suite de notre série consacrée aux capteurs de puissance, je vous présente aujourd’hui le PowerTap, concurrent du SRM que vous avez déjà pu découvrir dans un précédent article. La prise de mesure de la puissance est ici différente, car c’est le moyeu de la roue arrière qui fait office de capteur. Présentation …

Pratique à utiliser

Le Powertap est un système qui nous vient des Etats-Unis et plus précisément de la société CycleOps. Ce système est distribué en France depuis 2003, mais existait déjà bien avant outre-Manche.

Le fonctionnement du PowerTap est particulièrement simple, puisque ce capteur de puissance est situé dans le moyeu de la roue arrière. Constitué de 8 jauges de contraintes, il calcule la puissance développée par le rapport couple x vitesse de rotation.
Cette prise de mesure est ainsi précise et fiable, car le constructeur indique une marge d’erreur de seulement 1,5 %. Sur ce point, c’est équivalent au SRM …

L’un des autres avantages de ce système réside dans sa capacité à être monté sur tous types de jantes : basses, hautes, alu, carbone, … C’est à vous de choisir ce qui vous intéresse, en fonction de votre pratique, de votre lieu de résidence ou autres critères qui vous feront pencher pour un type de roue.
Au passage, après lecture de nombreux forums, il est conseillé de monter cette roue avec 32 rayons, car le moyeu PowerTap n’est pas réputé pour sa rigidité.

Le système PowerTap monté sur des jantes basses

Compatible avec les GPS Garmin

La comptabilité entre des appareils de différentes marques est plutôt rare. Mais tout comme le SRM, le PowerTap utilise la technologie ANT+ pour la transmission des données. Il est ainsi possible d’utiliser un PowerTap avec tous les compteurs, cardio-fréquencemètres ou GPS utilisant ce protocole. C’est le cas des appareils GPS Garmin de cyclisme, ce qui permet de disposer d’un outil particulièrement complet sur son vélo : compteur, cardio, GPS et capteur de puissance en même temps !

Comme vous aviez pu le constater, le système SRM est particulièrement onéreux. Heureusement, pour les amateurs que nous sommes, le PowerTap est beaucoup plus accessible, avec un prix de vente qui démarre à 899 € pour le moyeu seul. En comptant l’achat d’un compteur compatible et le montage d’une roue, vous pouvez vous en tirer pour environ 1200 €, ce qui le place bien en dessous du premier SRM …

Un dernier argument finira peut-être de vous convaincre. Pour ceux d’entre-vous qui utilisent plusieurs vélos, il est très simple d’installer le PowerTap, puisqu’il est logé dans le moyeu de la roue. Il suffit simplement de changer de roue, et le tour est joué ! Pour les non bricoleurs, c’est un avantage non négligeable …

Néanmoins, ce système ultra simple d’utilisation comporte quelques inconvénients. En effet, pour les coursiers, il faut choisir entre monter le PowerTap sur une roue d’entraînement et ne pas bénéficier du calcul de la puissance en course, ou monter le capteur sur une roue de compétition, auquel cas l’investissement devient plus important … Et quand on sait que le moyeu n’est pas particulièrement rigide, ça fait réfléchir !
C’est à mon sens la principale faiblesse de ce capteur de puissance.

Bon, je ne vais pas vous mentir, c’est le PowerTap que j’ai choisi pour équiper mon vélo. Je me laisse quelques semaines d’utilisation avant de vous présenter un test complet. A suivre …

Vous aimerez également :

pub

4 thoughts on “Le PowerTap, la roue de la puissance

  1. J’ai hâte de lire tes retours sur le sujet.

    En terme de poids, par rapport à un moyen classique, ça alourdit un peu ? beaucoup ? pas du tout ?

    Les capteurs étant placés dans le moyeu de la roue arrière, j’aimerai notamment voir leur réaction quand tu prend un trou dans le goudron, quand tu te rasseois sur ta selle brusquement, … bref, sur l’ensemble des secousses verticales que peut prendre une roue.

  2. Salut Florent,

    Je prévois un premier test le weekend prochain. Il paraît que c’est assez perturbant au début, et qu’il faut un petit temps d’adaptation. Concernant le poids, on va dire que le poids du moyeu uniquement est doublé. Sur une roue de course, ça compte pas mal quand même. Pour une roue d’entraînement, ça à moins d’importance.
    Je ferais un article complet d’ici quelques semaines pour présenter mon avis sur le PowerTap. Tu prévois d’investir là dedans aussi ?

  3. Bonsoir,
    un beau cadeau, je le conçois. L’adage : « quand on aime, on ne compte pas » se vérifie encore.
    C’est donc une vraie machine de warrior, pour être devant.
    Vivement que je la vois sur les routes picardes.
    A bientôt donc
    Guy

Laisser un commentaire