Quels objectifs pour la saison 2016 ?

Il y a tout juste un an, je n’étais plus capable de marcher plus de 300 mètres sans souffrir le martyr. Ma hanche droite était dans un état déplorable, quelques mois après que l’on m’ait diagnostiqué une arthrose sévère uniquement focalisée sur cette articulation. Une opération, des dizaines de séances de kiné et quelques milliers de kilomètres plus loin, me voilà tout proche de commencer une saison 2016 qui aura un petit parfum de renaissance. Alors, quels objectifs se fixer pour cette nouvelle année qui se prépare ?

Redevenir compétitif, objectif numéro 1

Quand on pratique le cyclisme en compétition, on ne rêve que de victoires. Prendre le départ d’une course avec l’idée que je ne peux pas gagner ne fait pas partie de ma conception du vélo, alors cette année 2016 et ma prothèse à la hanche n’y changeront rien. J’accrocherais des dossards dans le dos de mon maillot pour gagner !
Mais avant d’en arriver là, il va falloir encore travailler dur et surtout enchaîner les courses pour retrouver le rythme de la compétition que j’ai perdu depuis bien longtemps. Même si j’ai pu disputer 4 courses l’été dernier après ma rééducation, je n’ai pas encore vraiment repris le rythme qui permet d’encaisser les à-coups de la course. C’est ce qui va me manquer le plus en début de saison je pense…

Comme la trentaine me guette, mon planning familiale et amical ne va pas arranger mes affaires jusqu’au mois de mai. Entre des soirées de 30 ans, des mariages, des enterrements de vie de garçon et le baptême de mon fils, il me reste environ 5 à 6 weekends disponibles avant la fin du mois de mai.
C’est dans ce contexte que je vais devoir préparer mon premier gros objectif de la saison qui sont les Routes de l’Oise. Il s’agit tout simplement de la plus belle course du calendrier Ufolep en France, organisée comme une épreuve élite avec sa caravane publicitaire, ses motos d’encadrement, son camion-podium et surtout son niveau très relevé.
Cette épreuve se courre sur 3 jours et me tient vraiment à cœur, car je sais que j’ai les moyens d’y faire quelque chose sur un parcours un peu plus vallonné que les courses du Nord. Avant ça, il faudra travailler le contre-la-montre sur mon beau vélo BMC car c’est dans cet exercice que le classement général des Routes de l’Oise se gagne…

D’ici là, il va falloir me réhabituer à faire la guerre dans le peloton de 1ère catégorie Ufolep du Nord. Voilà plus d’un an et demi que je n’ai pas pris part à une échappée, et il me tarde de retrouver ces sensations. Les premières courses seront riches d’enseignement pour savoir si je suis capable de retrouver mon niveau de 2014, ma meilleure année sur un vélo.

Une course réussie à Seclin en 2014...

Cap sur le championnat de France

Le mois de juin sera consacré aux championnats départementaux puis régionaux. Ces deux épreuves tiendront une place particulière dans mon calendrier, puisque je vais les disputer pour la première fois dans la catégorie des Séniors B (30 à 39 ans) et surtout, ils seront qualificatifs pour le championnat de France.

Ma seule expérience sur le « national » remonte à juillet 2013, où j’avais pris une belle 9ème place sur un circuit très difficile. Je n’avais pourtant pas réalisé une saison exceptionnelle, mais quand la route s’élève je suis tout de suite beaucoup plus à mon avantage. Cette année, le championnat de France se déroule à Rochechouard comme en 2012, sur un parcours très vallonné qui a l’air vraiment difficile. Comment ne pas en faire un des objectifs principaux de ma saison ? Aller chercher un maillot bleu blanc rouge au retour d’une année blanche serait un très bel exploit !

Je vais donc orienter mon entraînement pour arriver au sommet de ma forme une première fois en mai pour les Routes de l’Oise, puis une seconde fois en juin pour les championnats de France, en espérant que le début de saison sera bon pour décrocher ma qualification sans problèmes…

La montagne en fin de saison…

Si vous lisez ce blog régulièrement, vous connaissez mon goût prononcé pour les longs cols pentus que nous offrent nos belles montagnes françaises. C’est donc tout naturellement que ma seconde partie de saison sera consacrée aux cyclosportives dans les Alpes. Le choix des épreuves n’est pas encore fixé, car il dépendra largement de mon lieu de vacances et de mes possibilités de poser quelques jours fin juillet et début août.

Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y aura ni Etape du Tour, ni Marmotte pour cette année. La première ne m’attirait pas vraiment par son parcours et son prix dissuasif, et j’ai loupé le rush des inscriptions pour la seconde. Ce n’est pas bien grave, il y aura d’autres occasions pour ces très belles aventures cyclistes…

Mon programme de courses en montagne devrait donc se jouer entre fin juillet et fin août, avec peut-être une participation au Tour de l’Ain cyclosportif qui représenterait un gros objectif pour moi. Disputé sur le même parcours et en même temps que la course professionnelle du même nom, ce Tour de l’Ain offre un programme très alléchant. Les étapes dépassent rarement les 150 km et l’Ain offre un parcours largement vallonné qui n’est pas pour me déplaire… Reste à savoir si mon agenda professionnel me permettra de me libérer à cette période.

Que ce Tour de l’Ain soit à mon programme ou pas, je tâcherais de participer à deux ou trois autres cyclosportives en montagne, avec l’idée de bien figurer dans les classements. Ma meilleure place à ce jour sur ce genre d’épreuve reste ma 7ème place à La Madeleine en 2013, et j’aimerais évidemment améliorer ce score sur une cyclo montagneuse. Programme à venir…

Si je résume mes objectifs pour 2016, cela donne ceci :

  • Une victoire sur une course Ufolep en 1ère catégorie
  • Un top 10 au classement général des Routes de l’Oise
  • Un top 10 sur une cyclosportive en montagne

C’est ambitieux, mais sans ambitions dans la vie, on n’avance pas !

Vous aimerez également :

pub

Laisser un commentaire