Retour sur un weekend enfin réussi !

Toute la course en tête ...

Après de multiples désillusions au cours de cette saison 2013, c’est toujours avec une grande motivation que j’avais prévu de courir deux fois en ce weekend du 21 et 22 septembre. J’avais pu entrevoir de sérieux signes de bonne forme deux semaines auparavant, et je ne voulais pas m’avouer vaincu avant la fin de saison. C’est donc sur les courses d’Annequin en Pass’Cyclisme et d’Hersin-Coupigny en FSGT que je m’étais engagé ce weekend. Résumé de deux courses qui m’ont enfin réussi !

Tout proche de la victoire à Annequin

Souvenez-vous, il y a tout juste un an, j’avais déjà réalisé une belle prestation sur la course d’Annequin, en m’échappant pendant toute la course pour échouer au pied du podium. Pour 2013, l’objectif était tout simplement de faire mieux. Le circuit n’ayant pas changé, je pouvais à nouveau prendre mes repères dans les nombreux virages serrés qui allaient se montrer décisifs pour ma course.

Le départ était donné sous un temps sec, donnée non négligeable en ce qui me concerne. Notre peloton d’environ 70 coureurs s’élançait donc sur un rythme déjà élevé. J’avais repéré quelques coureurs à suivre absolument, et m’appliquait à suivre leurs mouvements en début de course. Je profitais des premiers tours pour lancer plusieurs offensives, parfois dans de petits groupes, parfois à deux coureurs seulement. Malheureusement, il était impossible de sortir et je voyais bien que j’étais suivi comme mon hombre par certains coureurs. Mon résultat sur cette même course l’an dernier ne m’aidait pas à passer inaperçu …

A l'abord d'un virage difficile à Annequin
A l’abord d’un virage difficile à Annequin – Crédit photo : PhotoVelo+

Alors que la mi-course approchait, deux coureurs parvenaient enfin à provoquer une vraie échappée, en prenant une bonne trentaine de secondes d’avance. N’ayant pu sauter sur l’occasion, je restais attentif à la moindre tentative de contre. Fait rarissime dans notre peloton Pass’Cyclisme, le club d’Isbergues choisissait de prendre la poursuite à son compte, et stabilisait l’écart autour des 30 secondes.
Je profitais de la situation pour souffler dans les roues quelques instants, en restant vigilent aux éventuels contres qui pouvaient se former. Quelque kilomètres plus loin, et malgré mon attention, un groupe de 6 coureurs parvenait à prendre de l’avance et à s’intercaler entre le peloton et les deux hommes de tête. Un peu paniqué par cette situation de course, je remontais vers la tête de mon groupe, mais attendais encore quelque instant pour profiter du travail du club d’Isbergues.

A la relance dans le peloton
A la relance dans le peloton – Crédit photo PhotoVelo+

Voyant que l’un des anciens coureur de mon club de Verlinghem avait encore de bonnes jambes, je remontais à sa hauteur pour lui proposer d’unir nos efforts. Nous décidions rapidement de passer à l’attaque pour boucher un premier trou avec les contre attaquants. Pour je ne sais quelle raison, je redescendais de quelques places dans le peloton au moment même ou mon comparse choisissait d’attaquer ! Quel nul j’étais !
Je le voyais partir rapidement et revenir sur le groupe de contre au prix d’un gros effort qui durait presque un tour. Puis, remonté par cette bourde, je me lançais à mon tour à l’attaque ! Personne ne prenait ma roue, et j’étais contraint de combler l’écart seul. Je profitais des quelques virages techniques du circuit pour me rapprocher en prenant tous les risques, et appuyais de toutes mes forces sur les pédales. Et à ma grande surprise, je revenais assez facilement et assez rapidement sur ce fameux groupe de contre.

Relance dans le contre ...
Relance dans le contre … – Crédit photo : PhotoVelo+

Je me rendais rapidement compte que l’écart avec les échappés n’avait pas fondu, et je prenais tout de suite quelques gros relais en tête de groupe pour se défaire définitivement du peloton et revenir sur les hommes de tête. Malheureusement, je n’étais visiblement pas franchement suivi dans cette volonté, car seulement un coureur prenait convenablement ses relais : l’homme de Douai avec lequel je m’étais allié ! Malgré de multiples coups de gueule, nos compagnons de route ne daignaient pas prendre le vent, prétextant être déjà à fond dans nos roues.
Il ne nous fallait pas longtemps pour se mettre à nouveau d’accord, et nous attaquions avec mon allié du jour. Et comme par hasard, les 6 hommes qui nous accompagnaient retrouvaient des forces pour revenir sur nous … J’enrageais !

Pendant ce temps là, nous nous rapprochions sérieusement des échappés, au moment même où l’un d’eux craquait. Nous revenions rapidement sur lui, tandis que le dernier survivant de l’échappée faisait de la résistance. Comme nous n’étions que deux ou trois à prendre nos relais, l’écart ne réduisait pas bien vite, si bien que l’homme de tête abordait le dernier tour avec encore plus de 20 secondes d’avance.
Je donnais tout ce que j’avais, mais ce satané rouleur avait encore de bonnes jambes. A deux kilomètres de l’arrivée, je devais me rendre à l’évidence, nous ne courrions plus que pour la seconde place …

Alors que tout le monde commençait à se regarder, je rétrogradais de quelques rangs dans le groupe, et me préparais pour la dernière bataille. A 500 mètres de la ligne, le coureur que nous avions repris anticipait le sprint, et je sautais dans sa roue sans hésitation. Sentant bien que les autres n’avaient pas suivis tout de suite, je jouais le coup à fond et plaçait mon dernier effort assez loin de la ligne. Je prenais rapidement l’ascendant sur mon adversaire, et franchissais la ligne en seconde position, rageant sur mon vélo d’avoir loupé la victoire pour si peu !

Passage sur la ligne à Annequin, dégouté !
Passage sur la ligne à Annequin, dégouté ! – Crédit photo : PhotoVelo+

Après coup, j’étais quand même content de ma prestation, car les jambes étaient bonnes et que je pouvais enfin goûter aux honneurs du podium …

Le CC Verlinghem au top à Hersin-Coupigny

Dès le lendemain, j’avais rendez-vous avec mes équipiers de Verlinghem sur la course d’Hersin-Coupigny en FSGT. Ce n’était que la seconde fois que m’alignais en course dans cette fédération, mais la première m’avait plutôt réussi puisque j’avais obtenu une belle 4ème place à Bouvigny-Boyeffles en début de saison.

Pour une fois, notre club était largement représenté dans un peloton plutôt réduit, puisque nous étions 6 du club au départ. Les 1ère et 2ème catégories étaient mélangés, mais nous n’étions qu’une petite cinquantaine de coureurs au départ. La ville d’Hersin-Coupigny est connue dans la région pour sa fameuse bosse, qui a servi de rampe de lancement à la dernière étape des 4 jours de Dunkerque en mai dernier. En me rendant sur place, j’espérais secrètement que notre parcours emprunterais cette bosse … mais ça ne restera qu’un rêve !

Le CC Verlinghem en force au départ !
Le CC Verlinghem en force au départ !

Arrivé sur place avec un peu d’avance, j’en profitais pour faire un tour de circuit en voiture, et constatais que celui-ci comportait uniquement un long faux-plat qui se passait entièrement sur la plaque … Encore une course pour les rouleurs …
Peu importe, j’avais à cœur de faire un nouveau bon résultat, d’autant que mes jambes répondaient plutôt bien dans le petit échauffement d’avant course.

Le départ était donné sous un ciel nuageux mais sans pluie, et notre peloton s’élançait comme d’habitude à vive allure. Au bout de 500 mètres de course, une première attaque fusait, et un de mes équipiers prenait le train en marche. Cette première offensive à peine reprise, c’est un autre de mes équipiers qui se lançait à l’attaque, avant que j’en fasse de même pour former un premier petit groupe dangereux. Nous étions repris dans le faux-plat du circuit, et mes deux équipiers Franck et Ludo attaquaient ensemble en profitant du replat de la ligne d’arrivée.
Ils emmenaient dans cette offensive 4 coureurs, et je n’avais plus qu’à contrôler d’éventuelles attaques à l’arrière. La situation était idéale ! Restant vigilent, je surveillais particulièrement le favoris de la course, qui me semblait très facile. Et cela n’y manquait pas, il attaquait peu après et je sautais tout de suite dans sa roue.

Première offensive infructueuse pour ma part ...
Première offensive infructueuse pour ma part …

Personne n’ayant suivi le mouvement, nous nous retrouvions à deux entre les échappés et le peloton, et je m’efforçais de ne pas le relayer pour favoriser la fugue de Franck et Ludo. Mais ce coureur était diablement costaud, et malgré le rythme élevé imposé par les hommes de tête, il bouchait peu à peu l’écart qui nous séparaient. Je pouvais constater en me retournant que le peloton était vraiment loin, et je ne me décidais à l’aider que pour boucher les 50 derniers mètres, sentant bien qu’il était à bout de souffle. Au moment même où nous revenions, un coureur costaud qui avait pris l’échappée était victime d’une crevaison et devait s’arrêter sur le bord de la route. Nous nous retrouvions ainsi à 7 hommes à l’avant, dont 3 coureurs du CCV et un coureur de deuxième catégorie qui n’allait pas se montrer trop dangereux pour nous. Difficile de faire mieux pour nous !

Le CCV présent en nombre dans l'échappée !
Le CCV présent en nombre dans l’échappée !

Une fois constitué, notre groupe se mettait réellement en marche, les relais s’enchaînant et l’écart se creusant définitivement avec le peloton. Au fil des tours, je pouvais observer la grande force du favoris du jour, qui m’inquiétait quelque peu. Bien que très en jambes, je feignais d’être tout le temps à bloc pour qu’il ne se méfie pas trop de moi. A chaque passage du faux-plat, il prenait la tête du groupe et roulait fort, nous montrant bien qu’il en avait sous les pédales. Il montrait d’ailleurs quelques signes d’impatience, et j’avais dans l’idée de le laisser s’échapper seul assez loin de l’arrivée pour le laisser s’épuiser avant de revenir sur lui. Mais un coup du sort allait franchement nous aider dans notre quête de la victoire.
Alors qu’un coureur du groupe était distancé à la pédale sur une relance, notre adversaire principal était lui aussi victime d’une crevaison à mi-course environ. Ce fait de course allait grandement nous faciliter la tâche, puisque nous n’avions plus qu’un seul vrai adversaire dans notre échappée.

Toute la course en tête ...
Toute la course en tête …

Pas ralenti par ces deux coureurs en moins, nous continuions notre route et les tours s’enchaînaient. Je sentais bien que notre dernier concurrent n’était plus très vaillant, et j’étais assez confiant sur le fait que nous pourrions le distancer avant l’arrivée. Sûr de notre fait, nous attendions d’ailleurs le dernier tour pour lancer nos premières offensives.
Ludo était le premier à se dresser sur les pédales, et le coureur de Bergues qui nous accompagnait réagissait directement. A peine Ludo repris, c’est Franck qui y allait, mais ce dernier adversaire faisait de la résistance et revenait tout de suite sur mon équipier. Ludo tentait encore une fois sa chance, sans réussite. Pour ma part, je prenais la décision d’attendre le faux-plat pour placer une grosse attaque, certain que cela suffirait pour enfin lâcher cet adversaire encombrant.
Dès les premières pente, je prenais une grande inspiration et me lançait à mon tour à l’abordage ! J’y allais vraiment fort, mais en me retournant j’avais la surprise de voir revenir le coureur de Bergues accompagné de mes équipiers. Il avait bien caché son jeu celui- là ! Franck et Ludo étant un peu cuit, c’est donc au sprint que se jouerais cette course.

Malgré mon attaque juste avant, les jambes répondaient encore et j’avais vraiment la volonté de finir le travail en beauté. Nous contraignions notre adversaire à prendre la tête de groupe à l’entame de la dernière ligne droite, et c’est lui qui lançait le sprint à environ 300 mètres de la ligne. Je prenais immédiatement son sillage, puis jetais toutes mes forces dans la bataille pour le déborder assez facilement et m’imposer avec deux vélos d’avance, tandis que Ludo et Franck prenaient les 3ème et 4ème places … Enfin, la victoire que j’attendais tant depuis début 2013 était enfin là !

Lancement du sprint ...
Lancement du sprint …
... conclut par une première victoire en 2013 !
… conclut par une première victoire en 2013 !

 

Pour couronner le tout, notre équipière Céline prenait la seconde place chez les féminines, concluant un beau weekend pour le CC Verlinghem. Même si le niveau n’était pas trop relevé et que notre supériorité numérique nous a bien aidé, une victoire reste une victoire et celle-ci me fait particulièrement plaisir. Dommage qu’elle arrive si tard dans la saison …

Merci à nos supporters au bord de la route, et Mikano pour les photos 😉

Vous aimerez également :

pub

One thought on “Retour sur un weekend enfin réussi !

Laisser un commentaire