Une première réussie en FSGT

En préparation des Routes de l’Oise, j’avais prévu en ce dernier weekend d’Avril de participer à deux courses. Le premier acte se déroulait le samedi 27 à Bouvigny-Boyeffles pour une course sous l’égide de la fédération FSGT. Je n’avais jamais pris pars à des courses de cette fédération, et c’est sur les conseils de mon équipier Julien que je me rendais sur place. Il faut dire qu’il avait su m’appâter, en m’expliquant que le circuit était particulièrement vallonné. Je n’allais pas être déçu …

Dans le coup dès le départ

Je sais que depuis quelques temps la forme est bonne, mais cela ne se traduisait pas encore en résultat sur les courses. J’avais donc la ferme intention de jouer les premiers rôles sur cette épreuve, malgré un niveau plus relevé que je ne l’imaginais au départ. Le parcours était donc composé d’une belle montée d’environ 1 km à 5 %, puis d’une descente un peu sinueuse et d’un replat avec un peu de vent de face pour revenir au pied de la bosse.

Le départ était donné avec une bonne demi-heure de retard, et je commençais à greloter sur la ligne à cause de ce vent du Nord toujours bien présent. Malgré cela, les premiers mètres étaient parcourus à vive allure, et je passais déjà à l’attaque dans le premier tour ! Je me retrouvais rapidement devant avec une dizaine de coureurs, et je faisais l’effort pour tout de suite organiser ce groupe. Malheureusement, le peloton fondait sur nous, et il fallait tout recommencer.

Dans la seconde ascension du jour, une nouvelle attaque ébranlait le peloton, et j’en profitais pour retourner dans la bataille. Je sentais bien que la différence allait se faire rapidement, et je ne voulais surtout pas louper la bonne échappée. J’arrivais en haut de la bosse à bout de souffle mais dans un bon groupe, et il fallait enchaîner dans la descente puis le replat pour creuser l’écart. Nous étions 5 à l’avant à rouler à un rythme élevé, et j’avais beaucoup de mal à prendre mes relais.
Rapidement, notre petit groupe prenait de l’avance, et le rythme se stabilisait pour conserver plus d’une minute d’avance sur le peloton.

Trop court dans les derniers tours

Même si j’avais du puiser dans mes réserves en début de course, je me sentais de mieux en mieux au fur et à mesure que les kilomètres défilaient. A mi-course, nous comptions presque deux minutes d’avance, et les relais s’enchaînaient sans discontinuer. Seul un de nos compagnons de route semblait avoir plus de mal lors de la montée de la bosse, mais il revenait à chaque fois dans les roues sur le sommet.

La fin de course approchant, je me sentais un peu entamé mais prêt à me lancer dans la bagarre finale, ayant un petit plan derrière la tête. Je voulais attendre les deux derniers tours pour me lancer à l’offensive, puis faire la descente à bloc pour créer un vrai écart. Peine perdue, puisque à trois tours de l’arrivée, le coureur qui semblait le plus en difficulté plaçait une grosse attaque au pied de la montée. Je ne m’affolais pas en m’imaginant qu’il allait vite coincer, mais ce n’était finalement pas de lui qu’il fallait le plus se méfier.
Les autres échappés ne semblaient pas prêt à se lancer dans la poursuite, et je prenais donc la tête de notre groupe pour monter à un train un peu plus soutenu et stabiliser l’écart. Mais rapidement, deux coureurs attaquaient à leur tour, et je devais m’employer pour revenir dans leurs roues. A peine parvenu à leur hauteur, ils plaçaient une seconde accélération et me faisaient basculer avec 50 mètres de retard au sommet. Je me lançais dans la descente en prenant tous les risques, relançant comme un fou sur le replat, mais le trou était fait. Les trois attaquants s’étant regroupés à l’avant, je ne pouvais luter en étant seul avec le vent de face …

J’attaquais l’avant dernier tour un peu résigné, d’autant que le dernier membre de notre échappée revenait sur moi. Nous conservions un bon rythme en tournant à deux, mais je ne pouvais que voir les trois leaders s’attaquer encore dans la dernière ascension. Finalement, j’alignais mon dernier compagnon de route au sprint pour prendre la 4ème place, content de ce premier résultat de la saison, mais déçu d’avoir laisser filer si facilement la victoire …

Espérons que cette première place d’honneur de la saison me lance enfin sur une belle série …

Vous aimerez également :

pub

One thought on “Une première réussie en FSGT

Laisser un commentaire