Une reprise sans saveur à Orchies…

Course Ufolep d'Orchies

Voilà déjà plus d’une semaine que j’ai épinglé mon premier dossard de la saison. Que le temps passe vite ! Je prends donc enfin le temps de partager avec vous le récit de cette course de reprise disputée à Orchies. C’était la première fois pour mois que je reprenais aussi tôt les courses dans la saison, ce premier weekend de mars étant souvent froid et humide. Si la météo s’est confirmée exécrable, j’ai pour une fois pris mon courage à deux mains pour faire ressortir le côté flahute qui sommeil en moi…

Froid, pluie, vent et nombreuses relances, un cocktail détonnant !

En ce premier weekend de mars, j’avais beau consulter frénétiquement les sites de météo locale, c’est bien la pluie qui nous attendait pour ce grand prix d’Orchies. C’est donc par une température de 5° et sous des trombes d’eau que je prenais la route en direction de cette ville proche de chez moi mais dans laquelle je n’avais mis les pieds, ni les roues !
Arrivé sur place, je découvrais un circuit entièrement urbain, jonché de plaques d’égouts, de dos d’ânes et de bandes blanches qui ne m’inspiraient guère confiance sous ce temps. J’allais quand même chercher mon dossard plein d’entrain, croisant avec plaisir quelques adversaires habituels que je n’avais pas vu depuis la fin de saison dernière. Mais au moment de préparer mon vélo, je découvrais un peu paniqué que j’avais oublié de prendre la roue avant, restée rangée sous sa housse dans mon garage. N’ayant pas pris de roues de rechange, j’étais contraint de demandé à mon équipier Clément un prêt de matériel… Quel boulet !

Je tâchais de m’échauffer comme je pouvais sur un petit circuit prévu pour ça par les organisateurs. Je trouve cette initiative vraiment intéressante, permettant à chacun de mettre en route la machine sans rouler sur le circuit de la course et donc sans gêner le déroulement des autres compétition. J’espère vivement que ce dispositif sera reconduit cette saison…

A 16h pile, le départ était donné pour notre maigre peloton de moins de 30 coureurs. La pluie s’était heureusement arrêté, mais les routes étaient encore détrempées et nous inspiraient vraiment la méfiance. Les premiers virages étaient pris au ralenti et les relances en étaient d’autant plus violentes. Dès les premiers tours de roue, le rythme s’accélérait après chaque virage et notre groupe n’en finissait pas de s’étirer.
Pour ma part, j’éprouvais de grosses difficultés à trouver mon souffle, et restait sagement dans les roues en étant de toute façon incapable de faire mieux.

A la peine dans les roues...
Crédit photo : Solène photos

Un élastique qui finit par rompre

Tours après tours, notre peloton perdait des éléments par l’arrière mais personne n’arrivait à faire la différence en s’échappant. Il y avait toujours des coureurs pour prendre la roue des attaquants, les quelques gros bras se livrant une bataille acharnée… De mon côté, je souffrais vraiment sur certaines relances et j’étais parfois à deux doigts de lâcher définitivement prise. Aux environs de la mi-course, mon équipier Franck était victime de ce rythme effréné et je n’en menais pas large non plus.

Course d'Orchies 2017
Crédit photo : Solène photos

Peu après, alors que les esprits s’échauffaient en tête de groupe, quelques coureurs en profitaient pour se faire la belle. Le rythme ayant baissé à ce moment de la course, j’hésitais à y aller à mon tour mais j’étais déjà tellement content d’être là que je restais raisonnable. Quelle erreur ! C’est finalement à ce moment que l’échappée décisive se dessinait avec 7 bons rouleurs qui allaient irrémédiablement creuser l’écart.
Derrière, notre groupe de contre n’était pas beaucoup plus gros, et personne ne semblait vouloir rouler dans un premier temps. Je mettais enfin mon nez dans le vent pour tenter de relancer l’allure, sans grande conviction vu l’état déjà bien avancé de mes jambes…

A la relance à Orchies
Crédit photo : Solène photos

Je passais la fin de course dans ce groupe, en prenant le maximum de relais possible mais en étant quasiment toujours à la rupture. Pour ne rien arranger, la pluie redoublait d’intensité dans le dernier quart d’heure, et nous nous présentions pour l’arrivée dans ce groupe restreint pour jouer la 8ème place. Ne voulant pas prendre de risques et n’ayant de toute façon plus beaucoup de force, je participais mollement au sprint pour franchir la ligne en 13ème position, satisfait d’être allé au bout de ce chantier !

Le bilan est mitigé avec un résultat moyen, mais quand même un état de forme correct qui m’a permis de tenir les roues sur un circuit vraiment très nerveux. Comparé à l’an dernier, je démarre cette saison 2017 en meilleure forme et c’est plutôt rassurant pour la suite. Prochain épisode dans quelques semaines…

Vous aimerez également :

pub

One thought on “Une reprise sans saveur à Orchies…

Laisser un commentaire