Verlinghem, championnat du Nord, abonnement à la 5ème place !

Première offensive à mon actif à Verlinghem

Le début du mois de mai est traditionnellement chargé en courses. Avec les weekend et les jours fériés qui s’enchaînent, le occasions de mettre un dossard se multiplient. Du coup, j’ai un peu de mal à suivre sur le blog … Je vous propose donc ici un résumé de mes deux dernières courses disputées en Ufolep.

Verlinghem, le 1er mai sous la pluie

La course du 1er mai à Verlinghem est un peu particulière puisque c’est mon club qui l’organise. Même si le parcours est entièrement plat et dédié aux gros rouleurs, cette course constitue quand même un objectif puisqu’il est toujours bon de briller devant les membres du club, la famille ou les amis qui font le déplacement. C’est donc avec une grande motivation que je préparais mon sac en ce 1er mai dernier. Mais cela n’allait pas durer …

En arrivant sur le circuit avec mon équipier JB, un gros orage s’abattait sur nous, me décourageant avant même de sortir le vélo de la voiture. Pour ne rien arranger, je découvrais que ma roue arrière était crevée en gonflant mes pneus … Il va sans dire que si ce n’était pas le CC Verlinghem qui organisait la course, je ne serais pas allé plus loin et serais rentré vite fait à la maison !

Mais pour cette fois, il fallait se faire violence et s’élancer quand même sous la pluie. Heureusement, une petite accalmie nous permettait de réaliser un tour de circuit en guise d’échauffement, avant de prendre place sur la ligne de départ. Le peloton des 2ème catégories qui courraient en même temps que nous était bizarrement lâché avant nous, ce qui allait avoir une fâcheuse incidence sur la course …

Première offensive à mon actif à Verlinghem
Première offensive à mon actif à Verlinghem

Dès le départ, mes équipiers prenaient les choses en main, avant d’être coupés dans leur élan par un véhicule transportant des chevaux qui bloquait la route. Le « bouchon » allait durer tout un tour de circuit, avant que la course ne soit relancée au passage de la ligne. Histoire de me réchauffer un peu, je lançais une première offensive accompagné d’un coureur de Saint André, avant de voir le peloton fondre sur moi. Les attaques fusaient, et tous les coureurs du CCV restaient attentif pour ne pas rater la bonne échappée.
Puis au bout de quelques kilomètres, une attaque de gros calibres était suivie par mes équipiers JB et Paul, tous les gros clubs étant représentés. Je m’organisais avec quelques autres pour bloquer un peu le peloton, laissant cette échappée de 7 coureurs prendre rapidement un peu d’avance. La différence était faîte, c’était bien parti pour nous …

Au fil des tours, je m’attelais à défendre l’échappée en allant chercher tous les coureurs qui partaient en contre, ce qui me permettait de faire de gros efforts. Plutôt que de rester au chaud dans le peloton, autant travailler un maximum pour les futures courses … Mais à force de faire ce petit jeu, notre peloton n’était finalement pas si loin de l’échappée du jour.
Arrivant vers la fin de course, nous revenions sur mon équipier Paul qui avait malheureusement sauté du groupe à l’avant, et qui nous informait que deux coureurs de Lieu-Saint-Amant avaient pris la poudre d’escampette, et s’envolaient vers une victoire certaine. JB étant encore à l’avant, nous décidions de ne pas rouler pour autant.

L'échappée avec JB et Paul du CCV
L’échappée avec JB et Paul du CCV

A ce moment là, nous nous rapprochions sérieusement du peloton des 2ème catégories, que nous doublions assez rapidement. Malheureusement, les coureurs de 2ème caté n’avaient pas l’intention de nous laisser filer pour faire notre course, et s’accrochaient à nos roues. Deux tours plus loin, ces même coureurs entamant leur dernier tour de course, il commençaient à nous doubler pour préparer leur arrivée massive. Ne sachant pas trop quoi faire, nous étions sommés par les commissaires de les laisser filer. Le comble ! Évidemment, une partie des coureurs de notre peloton suivaient le mouvement, et profitaient de la grosse accélération du sprint pour boucher le trou sur le reste de l’échappée dont faisait partie JB. Quelle déception !

Il nous restait alors un seul tour de circuit à parcourir, et il était malheureusement trop tard pour revenir sur les deux hommes de tête. Un peu dégouté par ce fait de course, je me concentrais quand même pour livrer le meilleur sprint possible, et profitait du travail de l’équipe de Méricourt pour me placer et prendre la 3ème place du peloton, soit la 5ème place de la course.
Si le résultat n’est pas mauvais, surtout vu les conditions climatique, c’est plus le déroulement de la course faussé que je retiens et qui a un peu gâché la fête.

C’est donc David Laleu qui s’impose en ce premier mai, rendant un bel hommage à son ami Jérôme Hu, disparu l’an dernier sur ces mêmes routes …

Championnat du Nord à Bousies, battu par plus fort

Au départ de ce championnat du Nord 2014, le soleil est de retour et ce n’est pas pour me déplaire. Mais comme d’habitude dans le Nord, le circuit est tout plat, et c’est le vent très fort qui va faire la sélection. Sur la ligne, nous sommes 3 coureurs du CC Verlinghem avec Sébastien et JB, qui se remet tout juste d’une opération et n’est pas au top. Dans notre catégorie des séniors A, nous ne sommes que quelques coureurs courant habituellement en 1ère catégorie, et j’ambitionne clairement la victoire !

Le départ est donné, et Séb attaque quasiment tout de suite, partant en contre derrière un coureur qui se fait la belle en solitaire. Les deux hommes prennent rapidement de l’avance, car dans le peloton, personne ne semble vouloir rouler. J’hallucine un peu sur le moment, un peu effaré par ce laisser-faire, mais je m’en satisfais en sachant que Séb est costaud. Une fois que cette échappée obtient une minute d’avance, certains commencent à se réveiller, dont le champion de France junior en titre, Damien Kebdani, qui se montre particulièrement offensif.

Voyant bien que personne n’est très costaud, je me charge de protéger l’échappée en allant chercher toutes les tentatives de contre. JB me donne un coup de main de temps en temps quand ses jambes le lui permettent, ce qui me soulage un peu. Mais un peu après la mi-course, les coureurs d’Haveluy se décident enfin à rouler.

Évidemment, avec le vent qui souffle fort sur le circuit, nos deux échappés sont déjà bien cuits et ne résistent pas longtemps à cette poursuite. Leur avance fond rapidement et Sébastien est le dernier repris, alors qu’il reste deux tours à parcourir. S’en suit une partie de poker menteur, où quelques attaques fusent sans que le peloton n’abdique. Ayant déjà bien donné dans la défense de l’échappée, je me sens déjà émoussé, mais je tiens à ne rien lâcher.

A l’entame du dernier tour, notre champion de France place une violente attaque et prend rapidement 200 mètres d’avance. Ayant un peu marre d’aller toujours le chercher, je laisse les meilleurs faire le boulot. Nous partons donc en contre à 4, creusant nous aussi rapidement un petit écart avec le peloton. Me rendant compte de cette situation, je ne ménage pas mes efforts dans les relais, et nous revenons sur notre attaquant à la moitié du circuit. Celui-ci se place évidemment dans nos roues pour récupérer, puis place une nouvelle attaque un kilomètre plus loin.
Mes compagnons d’échappés sont tout comme moi un peu émoussés, mais je me bat pour revenir une nouvelle fois sur Damien Kebdani. Il reste alors un kilomètre de course, et je sens les crampes envahir mes jambes. Je me demande bien comment je peux battre cet adversaire coriace, mais il ne me laissera pas l’occasion de me poser trop de questions. A 500 mètres de la ligne, il place une nouvelle offensive et parvient à prendre 50 mètres d’avance. Je donne tout ce qu’il me reste dans la poursuite, mais il conservera ce maigre avantage pour s’imposer, tandis que les autres se battent au sprint pour la 2ème place.
Je ne me donne même pas la peine de sprinter, très déçu d’avoir raté la victoire. De toute façon, c’était le maillot ou rien ! Bravo quand même à Damien, c’était le plus fort du peloton …

Voilà encore une belle course de ma part où je n’ai pas hésiter à assumer ma part de travail, mais la victoire m’échappe encore. Espérons que ça paye bientôt …

Vous aimerez également :

pub

Laisser un commentaire