Championnat Nord Pas-de-Calais, ça roule sous la pluie

Dommage, les journées ne font que 24h, et c’est bien mon problème en ce moment. Je manque de temps pour rouler, pour faire des courses, et pour rédiger sur ce blog. Qu’importe, après plus d’un mois sans compétition, je me suis présenté ce weekend sur le championnat régional UFOLEP, dans la charmante commune de Bousies.

Départ sous le déluge

C’est déjà la deuxième fois que ça m’arrive cette saison, et je peux vous assurer que prendre le départ d’une course cycliste sous la pluie, ce n’est pas ce qu’il y a de plus motivant … Le théâtre de ce championnat Nord Pas-de-Calais 2011 était donc l’avesnois, une région du Nord plutôt vallonnée.

Un peu excité à l’idée de courir une course difficile, je me présentait avec mon coéquipier Jean-Baptiste sur un long circuit de plus de 8 km. Étant parti avec un peu d’avance, nous avions le temps lors de notre échauffement d’effectuer une boucle complète, qui eu pour effet de nous décevoir fortement. Au fur et à mesure que nous avancions, nous étions obligés de constater que ce circuit était parfaitement plat. Autrement dit, c’était du pain bénit pour les gros rouleurs … que nous ne sommes pas !

Nous restions motivés malgré tout, et le départ était donc donné sous une pluie battante, qui ne diminuait pas les premières offensives. Mon équipier faisait d’ailleurs un bon début de course, puisqu’il prenait la tête de la course avec un autre coureur dès le premier tour. Je me chargeais pour ma part de contrôler un maximum les attaques dans le peloton, afin de laisser un peu de champ à cette première vraie échappée.

Malheureusement, à deux coureurs, il est difficile de résister à la force collective du peloton. Les deux attaquants se faisaient donc reprendre après 20 km de fugue, et tout était à refaire.

Rouler, rouler, rouler

A ce moment de la course, alors que nous n’avions parcourus que 30 km environ, je me trouvais déjà bien entamé. J’avais en effet répondu à de nombreuses attaques pour défendre l’échappée, et je marquais à la culotte le grand favori du jour, largement plus costaux que moi sur ce genre de parcours.

C’est d’ailleurs ce même coureur qui formait un nouveau groupe d’échappés quelques kilomètres plus loin, avant de s’isoler en tête à 40 km de l’arrivée. Pour ma part, je m’efforçais de rouler en tête de peloton, et d’organiser une poursuite derrière l’homme de tête.
Même si nous n’étions qu’une dizaine à se relayer, notre groupe espérait bien boucher la trentaine de seconde qui nous séparaient du fuyard. Mais c’était peine perdu, il était une jambe au dessus de tout le monde.

A force de prendre de gros relais, je commençais à être sérieusement entamé, et m’accordait quelques minutes de récupération dans les roues, avant de repartir au combat. A environ 15 kilomètres de l’arrivée, alors que notre groupe se battait pour la 2ème place, une dizaine d’hommes parvenait à prendre un peu d’avance, tandis que le reste du peloton explosait en petites grappes.

Je terminait cette course tant bien que mal, sans crampes (une petite victoire pour moi), à une honorable place dans les 20 premiers. Cette performance plutôt moyenne est quand même une satisfaction, compte tenu de mon entraînement des dernières semaines.

Maintenant, place aux Routes de l’Oise, où il faudra se faire mal aux jambes pour pouvoir suivre …

Vous aimerez également :

pub

Laisser un commentaire