Salon Velofolies 2016, le plein de nouveautés

Le Trek Madone série 9 au salon Velofolies

Le début du mois de janvier marque désormais le début de la saison cycliste professionnelle avec des courses aux antipodes. Mais dans le Nord de la France et en Belgique, l’évènement cycliste de ce début d’année est le salon Velofolies de Courtrai. Avec ses 6 halls et ses centaines de stand, il fait partie des plus gros salons exclusivement réservés au vélo. Alors quand ce genre d’exposition se tient à 30 minutes de route de chez moi, je ne peux pas ne pas y aller. Retour sur une édition 2016 toujours aussi riche de vélos, de roues, de groupes, de GPS ou de selles de vélo

Toute la passion des belges pour le vélo réunie en un seul lieu

En entrant dans le complexe de Kortrijk XPo, on comprend tout de suite qu’il ne s’agit pas d’un petit salon provincial comme il peut y en avoir un peu partout en France. Ici, c’est le rendez-vous incontournable de tous les acteurs du cyclisme en Belgique, aux Pays-Bas, mais également dans le Nord de la France. Le dédale des allées est tellement dense qu’on s’y perd rapidement si l’on est pas armé d’un plan du salon…

Ce qui me marque le plus dans les organisations de ce type en Belgique, c’est la variété du public qui se présente à l’entrée. Des jeunes, des plus âgés, des familles, des groupes de potes, des hommes, des femmes, on sent bien que le vélo tient une place centrale de ce côté-ci de la frontière et qu’il réunit tout le monde.
 Preuve en est, les allées du salon sont bondées et cet évènement est le cadre de la présentation de la plupart des équipes pros belges. La majorité des formations Continentales du pays viennent y présenter fièrement leurs effectifs devant un public de passionné.

Mais quand on vient au salon Velofolies, c’est surtout le matériel qui nous intéresse ! Ayant passé plus de 3h30 à arpenter les allées du salon mon appareil photo à la main, je vous propose pour une fois un article plus imagé que commenté. Voici mon résumé du salon Velofolies 2016…

Les marques belges stars du salon

Tout le monde le sait, les français sont chauvins. Mais je peux vous assurer que les belges le sont au moins tout autant. L’affluence des stands des grandes marques belges était là pour en attester, notamment chez Ridley. Difficile de circuler sur ce stand, les fans de la marque étant agglutinés autour des vélos tous plus rutilants les uns que les autres. 
Le stand était richement doté, présentant tous les modèles actuels de la gamme. Je n’ai pas noté de grosses nouveautés, les modèles Fenix, Noah et Helix étant présentés dans différents coloris et différentes finitions. On pouvait quand même admirer le modèle jaune de Tony Gallopin, qui aura servit une journée sur le Tour de France 2014.

Gamme Ridley 2016...

Du côté de chez Merckx, même combat ! Cette marque (qui n’est plus dirigée par l’ancien champion) assez confidentielle en France est largement plébiscitée par les belges. Le stand était là aussi plutôt massif, présentant de nombreux vélos pour tous les profils de coureurs. La foule était là aussi bien présente, je n’ai donc pas passé beaucoup de temps sur ce stand. Notez que les vélos Merckx équiperont l’équipe professionnelle Topsport-Vlandereen qui fait la fierté des belges flamands.

Gamme Merckx 2016...

Les vélos aérodynamiques au centre de toutes les attentions

C’est la grande mode actuelle et il faut dire que les constructeurs y vont à grands coups de campagnes marketing. En 2016, on veut nous faire acheter du matériel aérodynamique ! Si j’étais très sceptique quand au bien fondé de l’aérodynamisme du vélo par rapport au coureur, quelques lectures récentes m’ont convaincu qu’il y avait quand même un intérêt non négligeable à ce type de vélo.

Les constructeurs les plus avancés à la matière sont tout d’abord Canyon, qui présentait son dernier Aeroad CF SLX, modèle dédié aux parcours plats chez la marque allemande. Mais trônait aussi au cœur du stand le second vélo haut de gamme de Canyon avec le tout nouveau Ultimate CF SLX qui bien que dédié aux parcours vallonnés présente aussi des lignes aérodynamiques.

Les vélos Canyon seront aérodynamiques en 2016 !

Chez les français de Look, nous retrouvions le 795 en version light et Aerolight. Le vélo n’a pas vraiment évolué depuis sa sortie il y a un an et demi, et présente toujours un look qui plait… ou pas. J’avoue avoir un gros faible pour la marque nivernaise, mais ce 795 ne rentre pas dans la liste de mes vélos préférés. Je trouve le sloping trop prononcé, surtout pour les grandes tailles. Pire, la potence intégrée dans le prolongement du tube horizontal est équipée d’un cache qui n’inspire pas vraiment confiance. Il est aimanté, mais n’a pas l’air de tenir de façon robuste.
Le système de freins intégrés dans la fourche a été largement critiqué lors des premiers mois de vie du vélo, mais semblent avoir été rectifiés depuis. Cela n’a pas suffit à convaincre les professionnels de l’équipe Fortuneo Vital Concept qui roulent toujours sur la version avec freins classiques…

Le look 795 Aerolight...

Depuis l’été dernier, la marque américaine Scott a complètement retravaillé son vélo aéro en proposant un tout nouveau Foil. Celui-ci était bien présent sur le stand, mais un peu mis sur le côté et n’attirant pas les foules. C’est assez étonnant puisque de récents tests comparatifs placent ce vélo comme l’un des meilleurs dans la catégorie des vélos aérodynamiques. La potence est assez surprenante d’un point de vue du design, mais le cadre présente des lignes racées. Je vous laisse en juger ci-dessous…

Scott Foil 2016

Du côté de chez Specialized, le show à l’américaine était de mise. Dans un stand imposant et très bien décoré, trônait le dernier né de la firme, j’ai nommé le Venge Vias. Ce vélo a été conçus pour aller vite, et adopte un système de freinage pour le moins original. Le frein avant est placé sur l’arrière de la fourche dans un carénage assez proéminent, tandis que le frein arrière prend place sur le tube de selle sous les haubans. C’est assez surprenant, et la fluidité des lignes en prend un coup. Surtout, cette position des freins n’a pas l’air très convaincante d’un point de vue efficacité et se montre particulièrement compliquée à régler. Une connaissance qui a acquis ce vélo récemment en fait l’amer expérience…
Néanmoins, ce Venge de dernière génération a été étudié pour être le plus aérodynamique possible, et on veut bien le croire. Rencontrera-t-il le succès de son prédécesseur ? Pas sûr…

Mais la véritable star de ce salon d’après moi se trouvait du côté de chez Trek. Encore un constructeur américain, et encore un stand incroyable qui regroupait un monde considérable autour du nouveau Madone série 9 qui attirait toutes les convoitises. J’étais très curieux de découvrir ce vélo “en vrai” après avoir vu de nombreuses photos sur Internet. Le profil des tubes est du plus bel effet, le vélo affichant un style très dynamique qui fait l’unanimité. Le frein avant est remarquablement intégré à la fourche et au pivot de direction, qui est doté de deux volets qui s’ouvrent en tournant le cintre. C’est propre, très bien réalisé et semble-t-il très efficace sur la route ! Ce vélo présente quand même un petit point faible dans la mesure où il n’est pas possible de tourner beaucoup le cintre, qui se trouve bloqué à partir d’un certain angle comme cela est le cas sur certains vélos de contre-la-montre. Cela peut s’avérer gênant pour le transport en voiture… Admirez là bête !

Les italiens ont toujours la côte !

Depuis toujours, les vélos italiens ont cette petite classe en plus qui séduit de nombreux coureurs cyclistes. Cette édition du salon Velofolies leur laissaient d’ailleurs une large place avec des stands tous aussi attirants les uns que les autres.
Le premier que j’ai traversé n’était autre que l’un des constructeurs de vélo les plus réputés au monde, je parle bien entendu de Colnago. Malgré une gamme de cadre assez large, le modèle phare C60 occupait quasiment toute la place, décliné sous toutes ses coutures. Sa construction par tubes de carbone raccordés détonne dans la production actuelle qui fait la part belle aux cadres monocoques. Cela n’empêche pas le C60 d’afficher un poids et un comportement digne des meilleurs vélos du marché ! Désolé pour les fans de la marque, mes photos du stand Colnago étaient un peu ratées…

Du côté de chez Pinarello, là encore ils n’y avaient d’yeux que pour un seul modèle, le Dogma F8 déjà vainqueur sur le Tour de France grâce aux talents de l’équipe Sky. Ce vélo est vraiment très réussi d’un point de vue du design, et semble être tout aussi efficace sur la route. Au premier regard, le cadre ne semble pas particulièrement aérodynamique mais en y regardant de plus près on se rend vite compte que les formes sont optimisées pour fendre l’air du mieux possible. A voir l’affluence sur le stand, rouler sur le vélo du dernier vainqueur du Tour fait rêver beaucoup de monde…

Le Pinarello Dogma F8

L’Italie regorge de constructeurs de renom : Colnago, Pinarello, mais aussi Bianchi ! La marque célèbre pour son vert céleste sponsorise depuis deux ans l’équipe néerlandaise Lotto-Jumbo qu’elle fournit de ses plus beaux modèles. Le premier d’entre eux et dernier arrivé sur le marché est le Specialissima. Ce vélo dédié aux parcours vallonnés voir même à la haute montagne affiche un poids plume qui en fait le meilleur allié des grimpeurs. Il affiche une géométrie très classique mais néanmoins agréable à l’œil.
Les coureurs néerlandais ont également une autre arme à leur disposition avec le Oltre XR 2 qui affiche un profil plus aérodynamique et un style plus moderne. Ce vélo très réussit est le plus utilisé par les pros…

La gamme Bianchi 2016...

Les grands classiques ont toujours la côte

Dans le monde du vélo, il y a des marques qui sortent un nouveau modèle chaque année, et d’autres qui capitalisent sur leurs innovations pendant plus longtemps.
C’est le cas par exemple pour Look qui affiche à son catalogue le 695 Light depuis déjà 5 ans. Ce vélo qui fait mon bonheur au quotidien met toujours en avant ses qualités dynamiques et son comportement très incisif sur la route. Rien ne change en 2016 si ce n’est de nouveaux coloris du plus bel effet…

Le Look 695 Light version 2016

Les américains sont connus pour leur capacité à investir massivement en recherche et développement, mais certaines marques du pays de l’oncle Sam versent carrément dans le conservatisme avéré. Cannondale à mis à jour son SuperSix l’an dernier, apportant quelques touches de modernité en intégrant les câbles de frein, mais le cadre reste on ne peut plus classique. Il s’agit pourtant d’un des meilleurs vélos du marché, unanimement reconnu pour ses qualités par la presse spécialisée.

Le nouveau Cannondale SuperSix HiMod

Il serait un peu osé de ma part de dire que Specialized fait dans le classique, mais reconnaissons quand même que son Tarmac n’a pas franchement évolué depuis quelques années. Il faut dire que le haut de gamme de la grande maison américaine est particulièrement apprécié par les cyclistes du monde entier, ce modèle se retrouvant en nombre dans les pelotons. Il était également présenté en version disque sur le salon Velofolies, pour ceux qui seraient tenté par ce mode de freinage venu du VTT…

Le Specialized Tarmac 2016

Un nombre impressionnant de petits artisans du vélo

Depuis le début de cet article, je n’ai cité que les grandes marques du monde du cyclisme, qui s’affichaient toutes sur de grands stands bien mis en valeur. Mais le salon Velofolies regorge de marques plus originales, de petits artisans belges, néérlandais, français ou même américains qui viennent exposer fièrement leurs belles montures. Il est bien difficile de vous les citer tant les stands sont nombreux, mais j’ai quand même retenu les marques nordistes Origine qui vend ses vélos sur Internet, et le monteur de roue de plus en plus connu RAR. Il faut bien être un peu chauvin de temps en temps !

Origine Axxome 250

Sur le salon Velofolies, il n’y en a pas que pour les coursiers sur route. Les VTT sont également présents en nombre, tout comme les vélos de ville destinés à M. Tout le monde, car dans le Benelux, tout le monde fait du vélo ! On pouvait également découvrir aux quatre coins du salon des vélos très originaux, avec des tubes aux formes biscornues ou d’autres bizarreries de ce genre.

Les vélos originaux du salon Velofolies

Les stars des pneus sont bien là

Dans le petit monde du pneu pour vélo, les différentes marques se livrent une guerre acharnée pour être présent sur les vélos montés de série et ainsi habituer le cycliste à rouler avec ces pneus. C’est ce qu’à bien compris Mavic par exemple, qui livre systématiquement ses roues avec des pneus ou boyaux maison.
Mais depuis quelques temps, des magazines et blogs spécialisés ont pris le temps de comparer le comportement de différents pneus, et notamment leur rendement sur la route. En effet, le pneu étant le seul contact du vélo avec le sol, il contribue au ralentissement de l’ensemble par friction avec la route. Donc moins il y a de frictions, moins on perd d’énergie…

A ce petit jeu là, la marque allemande Continentale est depuis quelques années un leader. Présent en masse dans le peloton professionnel, le manufacturier se fait également un nom chez les amateurs qui souhaitent optimiser les performances de leurs vélos. Aussi bien en pneus qu’en boyau, la gamme proposée permet de réduire la dépense énergétique par rapport aux autre marques. Le best-seller GP 4000S II était bien entendu présenté, tout comme les boyaux Sprinter et Competition qui équipent un bon nombre d’équipes professionnelles.

La gamme de pneus vélo Continental

Mais l’hégémonie de Continental dans les différents tests comparatifs vient d’être ébranlée par un nouveau pneu. Il ne s’agit pas d’un nouveau venu sur le marché des pneus de vélo, mais d’un acteur historique qui vient de frapper un grand coup. La marque Vittoria est réputée depuis bien longtemps pour la qualité de ses pneus et boyaux. La majorité des roues carbone du peloton amateur sont équipées des fameux boyaux Vittoria Corsa, qui font merveille sur terrain sec mais sont de vrais savonnettes sur chaussée humide. Mais là n’est pas le sujet, car Vittoria vient de sortir une toute nouvelle gamme de pneus et boyaux qui contiennent du graphène, une nouvelle sorte de carbone à la fois souple et résistant. Cela permet de créer des enveloppes très efficaces sur la route et qui devraient se montrer très résistantes au crevaisons. Les conclusions des premiers tests sont sans appel, le pneu Vittoria Corsa Speed est la nouvelle référence du marché !

Les nouveaux pneus Vittoria Corsa Speed et Rubino Pro Speed

Notez que le numéro un mondial du pneu Michelin était absent du salon, alors qu’il vient de dévoiler une toute nouvelle gamme de pneus et boyaux censés concurrencer les deux acteurs cités ci-dessus…

Campagnolo, Shimano, Sram, la guerre bat sont plein !

Du côté des transmissions, voilà déjà un bon nombre d’années que le marché est dominé par la marque japonaise Shimano qui se trouve de plus en plus concurrencée par Sram. Les italiens de Campagnolo sont plus en retrait, mais proposent toujours une offre qui ne manque pas de classe.

S’il n’y a avait pas de gros changements chez Shimano et Campagnolo, on pouvait découvrir à plusieurs endroits le tout nouveau groupe Sram Red eTap, premier groupe électronique sans fil commercialisé à grande échelle. J’ai pu testé son fonctionnement qui paraît un peu déroutant au premier abord, puisque la manette de droite permet de descendre les vitesses et celle de gauche de les monter. Pour changer de plateau, il faut appuyer des deux côtés en même temps. Il y a de quoi s’y perdre au début, mais ce n’est qu’une question d’habitude. Pour le reste, il n’y a pas de grands changements par rapport à un groupe Shimano Di2, ça tourne bien ! Les batteries positionnées directement sur les dérailleurs donnent un côté massif à ces pièces de transmission, mais il n’y a là rien de rédhibitoire.

Le nouveau groupe Sram Red eTap

Des roues pour tous les goûts et tous les budgets

Sur le salon Velofolies, le nombre de stand dédié aux roues est impressionnant. On retrouve évidemment toutes les grandes marques, mais aussi une pléiade d’artisans de toutes nationalités qui se livrent une concurrence acharnée. Je n’ai pas noté de grandes nouveautés, mais on remarque quand même que la tendance est à l’élargissement des jantes pour une meilleure pénétration dans l’air, tandis que les jantes en carbone à pneu tendent à devenir la norme. Malgré un poids et un coût souvent plus élevé, elles sont plébiscités par les utilisateurs qui ont pour la plupart peur d’utiliser des boyaux.
Notons quand même un grand absent, la marque Corima qui jouit pourtant d’une excellente réputation mais qui vient de se faire en partie racheter par la société Look. Ceci explique peut-être l’absence du constructeur de roues basé dans la Drôme.

Des roues carbone à toutes les sauces !

Les GPS pour vélo deviennent la norme

Il n’y a pas si longtemps, tous les cyclistes du monde devaient utiliser de bonnes vieilles cartes pour préparer leurs sorties sur des routes inconnues. Cette époque est aujourd’hui révolue car de plus en plus de marque proposent des compteurs GPS qui offrent parfois des fonctionnalités de navigation avancées ! Garmin est le leader du secteur avec une gamme de GPS de plus en plus sophistiquée et qui intègre désormais de nombreuses fonctionnalités pour mieux gérer son entraînement. Le Edge 520, dernier né de la marque américaine et qui représente le gros des volumes était bien mis en avant.
Dans le camp d’en face, chez le constructeur historique de cardiofréquencemètres Polar, les GPS sont aussi de la partie. Si le fabricant finlandais a mis à un peu de temps à s’y mettre, il propose aujourd’hui une large gamme pour séduire les fans qui ne souhaitent pas partir chez Garmin…
Derrière, il ne reste que les miettes pour la concurrence. Bryton et Mio sont quand même deux marques reconnues et qui proposent des compteurs GPS un peu moins chers, mais les deux marques phares sont quand même bien plus souvent plébiscitées par les cyclistes amateurs.

Les Garmin Edge 520 et Polar M450

Une nouvelle génération de home-trainer plus hightech que jamais

Puisque c’est encore l’hiver, les constructeurs de home-trainer n’hésitent pas à communiquer à tout va pour proposer leurs nouveautés, et il faut dire qu’elles sont nombreuses. La grande mode observée chez toutes les marques est le home-trainer qui possède une cassette et sur lequel on vient fixer le vélo. Il n’y a plus besoin de roue arrière, ce qui permet d’économiser un pneu qui s’use vite, mais le gain est surtout au niveau des sensations. Le vélo étant en contact direct avec le mécanisme de freinage, la sensation au pédalage est beaucoup plus proche de la route que sur un home-trainer classique.
J’ai notamment pu essayer le tout nouveau home-trainer Tacx Neo Smart qui est franchement impressionnant. Le silence de fonctionnement est remarquable et le vélo peut légèrement bouger latéralement, atténuant l’effet désagréable du vélo fixé qui ne bouge pas du tout. Bon, à 1300 € la bête, il faut quand être un avaleur de kilomètres dans le garage pour rentabiliser l’investissement…

Les nouveaux home-trainer Tacx et Elite

Un salon riche où l’on en prend plein les yeux

Pour conclure ce long article (le plus long de l’histoire de blog-cyclisme.fr je pense), je peux simplement vous témoigner que je suis sorti rincé du salon, mais avec les yeux écarquillés d’un enfant sortant d’un magasin de jouer. Les fabricants de vélos savent bien parler aux fans de cyclisme pour lesquels la passion l’emporte souvent sur la raison quand il faut sortir le chéquier…
Rendez-vous en 2017 pour une revue des nouveautés !

Vous aimerez également :

pub

Laisser un commentaire