Test des boissons de l’effort Duo Tonic Iso et Malto

Pas de commentaire

L’hiver pointe le bout de son nez, et chacun a pu remarquer du coin de sa fenêtre que le temps se dégrade de plus en plus. Mais pour tout cycliste qui se respecte, ce n’est pas une excuse pour ne pas rouler ! Tous les compétiteurs le savent, les victoires du printemps et de l’été se forgent en hiver … Pour vous aider dans ces difficiles entraînements hivernaux, il est important de bien s’hydrater sur et en dehors du vélo. Cela tombe bien, il m’a été proposé de tester les boissons de l’effort Duo Tonic, une marque française et résolument tourné vers le développement durable qui propose un produit 2 en 1 …

Un gel ou une boisson énergétique ? Les deux !

Les produits Duo Tonic Iso

Les produits de l’effort Duo Tonic sont rangés dans trois familles distinctes : les produits à consommer avant l’effort MALTO, pendant l’effort ISO et après l’effort RECUP. Cela a le mérite d’être très clair, puisque ces dénominations sont bien connues des cyclistes et ne prêtent pas à confusion. J’ai pour ma part testé les deux premiers cités, MALTO et ISO.

De prime abord, ces deux boissons énergétiques se présentent sous forme de flacons gradués, dont la contenance est assez faible. Ces flacons sont gradués de telle façon que chaque graduation correspond à une dose à mélanger dans un bidon d’eau ou à … consommer directement comme un gel ! Il s’agit là d’une vraie innovation qui donne aux produits Duo Tonic un intérêt tout particulier. En effet, la marque commercialise également des petites fioles souples en silicone qui permettent de stocker facilement les précieux liquides. Il suffit de glisser ce petit récipient dans les poches du maillot pour s’en servir pendant la sortie de gel énergétique ou de complément pour remplir un nouveau bidon. Voilà une idée géniale pour remplacer avantageusement les gels énergétiques et leurs emballages peu écologiques …

Une fiole Duo Tonic pratique et écolo !

Ce principe d’un produit de l’effort 2 en 1 est particulièrement pratique et devrait se multiplier à l’avenir … Mais qu’en est-il du goût ?

Évidemment, avec un mode de fonctionnement aussi polyvalent, on pouvait avoir des craintes sur le goût. J’ai testé les deux produits MALTO et ISO avec le goût citron, et j’ai été un peu déçu de ce côté là. Autant la consommation directe sous forme de gel est assez agréable, autant le mélange avec de l’eau dans un bidon n’est pas terrible. Le goût est alors assez chimique, plus ressemblant à un médicament qu’à un sirop au citron. Passé cette première impression plutôt moyenne, on s’habitue vite et l’effort aidant, je n’ai plus ressenti ce goût désagréable.

Évidemment, il est bien compliqué pour moi de vous donner un retour sur l’apport des deux boissons, d’autant plus que j’ai réalisé ce test hors période de compétition. J’ai quand même noté que ni la boisson MALTO ni la boisson ISO n’avaient d’impact négatif sur la digestion, comme cela est parfois le cas avec des marques concurrentes.

Je ne peux que vous suggérer de tester ces produits de l’effort Duo Tonic, car même si j’ai trouvé le goût moyen, cela reste un avis très personnel alors que ces boissons/gels ne manquent pas de qualités par ailleurs …

Vous pouvez commander les produits Duo Tonic directement sur le site de la marque en cliquant ici !

Test de la gamme de nutrition High5

Pas de commentaire

Il y a quelques semaines, le site de vente en ligne ProBikeShop m’a proposé de tester une gamme de produits de nutrition velo, de la marque High5. Bien que ce genre de test est toujours très subjectif, j’ai accepté d’autant plus que je ne connaissais pas du tout cette marque anglaise a priori bien connue outre manche. J’ai donc reçu un pack complet comprenant des gels, des barres et des sachets de boissons isotoniques, que je vous propose de découvrir ci-dessous …

Les boissons isotonique : rien à dire !

Tester une boisson adaptée aux sports d’endurance est toujours un peu compliqué. L’avantage avec les produits High5 de ce point de vue est leur conditionnement, puisque les poudres pour boissons sont divisées par sachet. Un sachet permet de préparer un bidon, c’est au moins très simple à préparer. Le dosage est d’ailleurs très bon, puisque j’ai testé mes sachets dans des bidons de 50 cl et le goût n’était ni trop prononcé, ni trop fade.

En terme de goût justement, même si c’est très personnel, j’ai trouvé les boissons High5 très réussies. Il existe plusieurs parfums (fruits exotiques, orange, …) mais le dosage est plutôt intéressant, puisque le goût sucré n’est pas trop prononcé. L’assimilation est ainsi facilitée, notamment en course où je n’ai pas noté de différence notable avec la boisson que j’utilise habituellement.

Penchons nous maintenant sur la composition de ces boissons. Les boissons Energy Source sont fabriquées selon les proportions 2/3 de maltose, 1/3 de fructose, là où beaucoup de concurrents privilégient le maltose, efficace pour l’endurance mais qui manque un peu de sucres rapides disponibles tout de suite. Ce mélange est très pertinent, notamment pour les courses de plus de 3h, où il est important de disposer d’une réserve d’énergie longue, tout en bénéficiant d’apports de sucres rapides pour répondre aux accélérations du peloton. Je n’ai évidemment pas pu vérifier scientifiquement les bienfaits de ce mélange, mais c’était au moins aussi efficace que les boissons que j’ai l’habitude de consommer.

High5 propose également une boisson protéinée pour la récupération, afin de favoriser la régénération musculaire. N’étant pas du tout adepte de ce genre de produits, je vous avoue ne pas l’avoir testé.
Notez enfin que toutes les boissons High5 sont également proposées en conditionnement par pot, comme la majorité de la concurrence.

Découvrez la gamme de nutrition sportive High5

Les gels, une bonne composition mais un bémol sur le packaging

En course, je suis un grand consommateur de gels énergétiques, qui sont particulièrement faciles à ingérer et très digestes quand l’intensité de l’effort est élevée. Ça n’a l’air de rien, mais avaler une barre de céréale alors qu’on est à fond sur le vélo n’est pas quelque chose de très agréable …
J’ai donc d’abord testés les gels High5 à l’entraînement … et je ne suis pas allé plus loin. Dans toute la gamme des produits que j’ai testé, les gels sont les plus décevants. J’avoue que dès l’ouverture de mon colis, le conditionnement de ces gels m’a paru vraiment bas de gamme et pas adapté à une utilisation en compétition.

Les « Eerngy gels » sont en effet proposés dans des sachets souples, non refermables et pas pratiques à manipuler. Pour l’ouverture, il faut déchirer le haut du sachet avec les dents, puis presser le sachet pour faire remonter le gel. Rien qu’à la lecture de cette phrase, vous avez déjà compris que ces gels sont compliqués à utiliser sur le vélo, surtout dans le cadre d’un effort violent. Sur une cyclosportive où le rythme est plus régulier, ça peut le faire, mais pour les courses rapides, je ne m’y suis pas fait …

En ce qui concerne le produit en lui-même, les goûts sont assez doux et les parfums variés. La texture est assez surprenante car ces gels sont très liquides, alors que j’ai l’habitude d’utiliser des produits plus visqueux qui sont ainsi plus simples à doser. Cependant, ces gels sont très faciles à digérer, et apportent une bonne dose de glucides qui s’assimilent rapidement pour être capable de produire de gros efforts.

La société High5 commerciale également des « Iso gels », sorte d’hybride entre un gel classique et une boisson isotonique. Ces gels sont encore plus liquides, et contiennent également un peu de caféine pour stimuler l’organisme en course. Ils complètent assez bien les « Energy gels » d’un point de vue nutritif.

Les barres, une vraie alternative …

Abordons maintenant le chapitre des barres « Energy ». Une fois de plus, j’ai été assez surpris par le packaging sous forme de sachets qui donnent un aspect très bas de gamme à ces barres. Pourtant, à l’utilisation, j’ai été agréablement surpris !

Les barres Energy de Hight5 sont un savant mélange de céréales et de fruits, et ont une consistance qui leur permet de résister au chaud comme au froid. Voilà un avantage indéniable, car tout bon cycliste à déjà connu l’effet « barre ramollie » quand il s’agit de consommer une barre de céréale au bout de plusieurs heures de vélo … J’ai personnellement pu constater cette caractéristiques, ayant utilisé ces barres lors de quelques entraînement sous un beau et chaud soleil au début du mois d’avril. Le résultat était concluant !

L’autre avantage de ces barres High5, c’est leur taille plus importante qu’une barre de céréales classique. Les ingérer donnent vraiment l’impression d’être calé, sans pour autant empêcher une digestion rapide. Et même si le format n’est pas très qualitatif, elles ont le mérite de se glisser facilement dans les poches du maillot.
En termes de goûts, nous retrouvons les traditionnelles bases de fruits (pomme, fruits rouges, …) mais j’ai été particulièrement surpris de retrouver dans mon pack une barre au goût cacahuète. La première bouchée fut déroutante, mais j’ai finalement bien aimé ce goût inhabituel sur le vélo …

Bilan économique positif

Vous le voyez, la gamme de nutrition sportive High5 a quelques défauts, mais soutient largement la comparaison avec la concurrence. Reste à parler du prix, qui pourrait bien faire la différence au moment de choisir vos produits. En effet, les produits High5 s’affichent à des tarifs nettement inférieurs à ceux du marché, ce qui n’est pas négligeable quand on sait que tous ces produits sont quand même relativement chers …

En toute franchise, si vous souhaitez faire quelques économies sur ce poste de dépenses, je vous invite à tester les produits High5, vous ne serez pas déçus.

En janvier, prenez le contrôle de votre assiette !

1 commentaire

Dans la vie comme dans le sport, le mois de janvier est souvent synonyme de bonnes résolutions. J’arrête de fumer, je perd 5 kilos, j’offre plus de fleurs à mon épouse, voilà des exemples bien classiques et qui ne tiendront pas jusqu’à février dans la plupart des cas … Pour les sportifs, et surtout les cyclistes, je vous propose une idée de bonne résolution qui pourrait influer fortement sur vos performances en 2014. Allez, c’est décidé, je reprend le contrôle de mon assiette !

Manger mieux pour rouler mieux

Dans le sport amateur, et notamment le cyclisme que je connais bien, la diététique est abordée de façon très hétéroclite par les pratiquants. Si certains sont un peu sensibilisés au fait que la nourriture est le principal carburant du sportif, la plupart n’appliquent que quelques principes bien connus, sans vraiment creuser sur ce que la diététique peut leur apporter. C’était mon cas jusqu’à récemment, avant que je décide enfin à investir 25 € dans un livre très instructif, Nutrition de l’endurance (Dr Hugues Daniel et Dr Fabrice Kuhn).

Nutrition de l'endurance, manger mieux pour rouler mieux

Si l’entraînement revêt une part importante dans la performance, je suis également convaincu que la nutrition est également un pion essentiel pour que notre corps puisse donner le meilleur de lui même. En effet, selon la pratique sportive, les besoins ne sont pas les même et le corps va réagir différemment en fonction de vos habitudes alimentaires.

La lecture de ce livre très instructif m’a ainsi permis d’approfondir un sujet que je connaissais très peu, et d’aller au delà des idées reçues dans le monde du vélo : éliminer le gras, manger des pâtes et de la viande, etc …
Je ne me lancerais pas dans un résumé précis de ce bouquin, je préfère vous livrer quelques grands principes que j’ai retenu et qui peuvent vous aider à bien démarrer l’année 2014.

Pour faire court, on peut dire que le grand principe d’une nutrition efficace pour les sportifs d’endurance que nous sommes repose sur un équilibre particulièrement savant. Pour réussir à optimiser son alimentation, il faut veiller à varier les aliments, les sources végétales ou animales, les produits à l’indice glycémique élevé et faible, afin d’obtenir une alchimie qui fournira au corps tout ce dont il a besoin.
Vous pouvez noter ces cinq grandes idées que j’ai retenu et qui sont la base d’une alimentation optimisée pour les cyclistes :

  • Abusez des fruits et légumes, qui apportent de multiples vitamines et permettent de réduire l’acidité générale de votre alimentation,
  • Privilégiez les aliments à l’indice glycémique faible, comme le pain, le riz ou les pâtes complètes, le miel plutôt que la confiture, …
  • Réduisez fortement votre consommation de viande de porc, trop grasse et qui n’apporte finalement pas grand chose, mais que l’on retrouve pourtant dans beaucoup de plats,
  • N’ayez pas peur des bonnes graisses ! Une bonne huile d’olive ou de colza, un peu de beurre sur vos tartines le matin, ces matières grasses sont indispensables au bon fonctionnement de votre organisme …
  • N’oubliez pas les fruits secs, comme les noix, noisettes, amandes, que vous devez consommer plusieurs fois par semaine pour maintenir l’équilibre de votre alimentation.

Bien sûr, il s’agit ici de quelques exemples que j’ai retiré du livre. Nutrition de l’endurance est à la fois une vraie bible et un livre abordable pour tout un chacun. Je ne peux que vous conseiller de l’acheter pour que votre assiette deviennent l’alliée de votre performance à vélo !

Cet article participe à un évènement interblogueurs sur le blog http://lameilleurecyclosportivedevotrevie.com/

Test des Ultra Bars d’Aptonia

1 commentaire

C’est avec grand plaisir que j’ai accepté il y a quelques semaines de tester les nouveaux produits de la marque nutrition de Décathlon, Aptonia. J’avais déjà eu l’occasion l’an dernier de tester les barres Clak, qui m’avaient franchement séduit, et je voulais pour cette fois essayer des produits que je ne connaissaient pas. Pour information, la marque Aptonia fait son petit bonhomme de chemin dans le peloton des cyclistes, car les prix sont attractifs et les qualités nutritionnelles des produits sont au rendez-vous. Place au test des Ultra Bars by Aptonia

Très bon goût, bonne consistance, mais ça colle aux doigts !

Découvrez les Ultra Bars by Aptonia

Tout d’abord, je tiens à vous signaler que je suis bien incapable de vous décrire les effets nutritionnels d’une barre pour le sport. Je n’ai ni les moyens ni les connaissances nécessaires pour le faire, et mon test portera donc sur tous les autres aspects.

L’aspect justement, parlons-en. Les Ultra Bars sont vendus en boîte (jusque là, rien d’extraordinaire), et chaque barre est emballée dans un papier alu très fin et très souple. La forme des barres est assez inhabituelles, car elles sont très plates et très larges par rapport aux barres de céréales que nous connaissons tous. L’avantage de ce format réside dans le fait qu’elles prennent peu de place dans la poche du maillot, et qu’on peut en prendre plusieurs sans ressembler à un semi remorque chargé à ras-bord !

J’ai choisi pour ce test la saveur fruits-rouge, et je n’ai pas été déçu par ma « dégustation ». Le goût est très bon, on retrouve bien les saveurs des fruits rouges justement, et le mariage avec les différents céréales utilisés est pertinent. Le bilan est donc positif au niveau du goût. La consistance est un peu surprenante au début, car les Ultra Bars sont beaucoup plus molles qu’une barre de céréales classique. Ce n’est pas désagréable, puisque cela facilite la mastication, qui est un point un peu délicat quand on est en plein effort.

La taille de la barre est également bien choisie, et on sent bien qu’elles ont été conçues pour les épreuves d’endurance. Le volume ingéré est plus consistant qu’habituellement, ce qui donne l’impression de manger quelques chose de costaud quand même. C’est important pour les longs entraînements ou les épreuves de longue distance, comme les cyclosportives par exemple. Je n’ai pas poussé le test jusqu’à voir l’effet sur une hypoglycémie, mais je pense sincèrement que ces Ultra Bars sont un bon moyen d’éviter tout coup de bambou.

Il me reste donc à évoquer LE point noir de ces nouvelles barres : elles collent ! Même s’il est marqué noir sur blanc sur l’emballage qu’elles ne collent pas, je peux vous assurer que mon test prouve le contraire. A chaque fois que je les ai utilisées, soit au bout d’1h30 à 2h de vélo, les barres étaient ultra collantes. L’ouverture du sachet ne pose pas de problèmes, mais la barre se retrouve collée dedans, et colle vraiment aux doigts.
Si ce n’est pas un gros problème pour l’entraînement, j’imagine bien les conséquences que cela peut avoir en course. Clairement, il sera difficile d’ingérer ces Ultra Bars au milieu d’un peloton … C’est vraiment dommage, car elles ne sont pas dénuées de qualités …

Pour résumer, je recommande l’utilisation de ces Ultra Bars dans le cadre d’un long entraînement, ou éventuellement sur une cyclosportive, en veillant bien à ne pas prendre de risques pour la … décoller de son emballage ! Pour le reste, c’est un excellent produit qui rempli son rôle à merveille.

Isoxan Pro Active Sport, un test concluant

4 commentaires

Billet indépendant sponsorisé.

Pour continuer dans la série des articles sur la diététique, je me suis vu proposé un test de la nouvelle boisson énergétique pour sportif Isoxan Pro Active Sport. Tous les cyclistes qui pratiquent ce sport en compétition sont habitués à remplacer la traditionnelle grenadine par des produits plus élaborés. Cette boisson pour l’effort en fait partie, et je vous livre ici mes premières impressions après quelques jours de test.

Tous les éléments pour une bonne performance

Le but principal d’une boisson énergétique, c’est d’apporter un maximum d’éléments nutritifs pour optimiser l’effort. Au delà de l’hydratation, il est en effet important d’absorber des sucres plus ou moins lents ainsi que des minéraux afin de rester compétitif tout au long de la course ou de l’entraînement.

Afin de me faire une réelle idée de ce produit, j’ai testé cette boisson Isoxan Pro Active Sport à la fois à l’entraînement et en compétition. Il est bien entendu difficile d’établir l’apport réel d’une boisson énergétique, mais je dois avouer que cette nouveauté m’a bien plu.

Au cours de mes essais, je n’ai pas eu de soucis de crampes ou autres désagréments qui peuvent gêner considérablement la progression en vélo. C’est un bon point, car je suis assez sensible à ce types de problèmes.

J’ai pu tester le goût agrume, très agréable et surtout pas trop prononcé. C’est un détail important, car après plusieurs heures de selles, il est assez désagréable d’avoir un goût trop sucré en bouche.

Un conditionnement bien pratique

La boisson Isoxan Active Pro Sport

Pour continuer à parler concret, la boisson Isoxan Pro Active Sport est distribuée dans un format original pour ce genre de produits. En effet, en ouvrant la boîte, on découvre de petits sachets qui font un peu penser à des médicaments … Passé la surprise, ce format s’avère assez pratique car le dosage est déjà réalisé. En effet, un sachet de poudre doit être dilué dans 750 ml d’eau. Petit inconvénient quand même, la majorité des bidons de cyclisme ne font que 500 ml …

Cette boisson pour sportif s’adresse donc avant tout aux compétiteurs, qui souhaitent optimiser leur alimentation en course, mais également en préparation et en récupération.

A noter que les produits Isoxan Sport sont distribués en pharmacie, et recommandés par des médecins du sport, signes de qualité et de sérieux !

Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière. www.mangerbouger.fr

Ca Clak au ravito + concours !

5 commentaires

Comme je vous l’ai déjà dis à de nombreuses reprises sur ce blog, le monde du cyclisme est plutôt conservateur. Alors quand une nouveauté arrive sur le marché, aussi petite soit-elle, il est important d’en parler. Cette fois, c’est la marque Aptonia issue du groupe Décathlon qui est à l’affiche …

Le problème des barres de céréales

Tous les cyclistes sont unanimes sur un point, le ravito, c’est un peu la galère. Comme vous le savez, le cyclisme est un sport d’endurance, qui se pratique donc sur des durées assez importantes. Afin de résister à ces efforts de longue haleine, il est important de manger régulièrement pour apporter un peu d’énergie en cours de route. Et c’est là que les problèmes commencent …

En effet, ces ravitaillements en route sont le plus souvent constitués de barres de céréales et autres aliments très sucrés, emballés dans des sachets individuels. Pour les cyclistes, la difficulté survient au moment d’ouvrir ces fameux sachets. Il faut être habile pour pouvoir les ouvrir d’une main avec les dents, et il faut quand même le plus souvent lâcher le guidon pour réaliser cette opération le plus rapidement possible.

Ce geste qui paraît anodin ne pose pas un problème en soi à l’entraînement, même si une journée ventée peut causer quelques difficultés … Mais imaginez en course, quand on roule à 45 km/h au milieu d’un peloton bien compact. Pour être franc, la mission est parfois impossible, à moins de prendre de sacrés risques !

Un emballage qui s’ouvre facilement

C’est donc là qu’intervient Aptonia, qui vient de commercialiser une nouvelle gamme de barres de céréales joliment nommées Clak. Ce nom pour le moins étrange résonne pourtant parfaitement bien avec l’utilisation de ce nouveau produit. L’emballage est en effet prédécoupé, et permet d’être ouvert très simplement d’une seule main et … de bonnes dents ! C’est simple, mais il fallait y penser …

Découvrez les nouvelles barres Clak de chez Aptonia

Après plusieurs tests à l’entraînement et en compétition, je vous avoue que je suis assez convaincu par ce nouveau type d’emballage. Il suffit de serrer l’extrémité de la barre entre les deux, et de tirer un coup sec avec la main pour pouvoir ouvrir le sachet. C’est simple et efficace, et ça permet surtout de ne pas lâcher le guidon. C’est un sacré avantage pour la sécurité, notamment en course !

Ces nouvelles barres de céréales sont disponibles dans tous les magasins Décathlon depuis peu, au rayon nutrition bien sûr.

Afin de vous faire partager cette découverte, je vous propose un petit jeu concours pour gagner un pack de 15 barres Clak goût chocolat. Pour gagner, rien de plus simple : répondez au deux questions suivantes dans les commentaires avant le 1er Mai 2012, et le gagnant sera tiré au sort parmi les bonnes réponses.

Question n°1 : quel est le nom du (ou de la) chef de projet nutrition chez Aptonia ?

Question n°2 : qui est le vainqueur du classement du meilleur grimpeur sur Liège-Bastogne-Liège 2012 ?

A vos claviers !